DISPARITION D’ADAMA SAMASSEKOU

DISPARITION D’ADAMA SAMASSEKOU

Une figure essentielle du combat pour la diversité linguistique vient de disparaitre : Adama Samassekou, le Président de MAAYA, le réseau mondial pour la diversité linguistique, mais également le responsable de nombreuses structures de la société civile que vous pouvez connaitre dans cette annonce du Mouvement Fédéraliste Panafricain ou cette déclaration  du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines.

Adama a été un inspirateur pour beaucoup d’entre nous, depuis le sommet mondial pour la société de l’information, où il a incarné une société civile en avance sur son temps, jusqu’au réseau MAAYA, où il a donné corps et âme à la diversité linguistique, il a marqué notre chemin avec un mélange bien à lui d’humanisme, de hauteur intellectuelle, de grandeur et d’humour bienveillant, le tout baigné dans la simplicité, l’humilité et la noblesse d’un homme pieux et solidaire, toujours à l’écoute de l’autre. Pour moi, il restera le visage éternel et paternel d’un combat pour la diversité avec les armes de l’esprit.

Daniel Pimienta

COLLECTION DE REACTIONS DE COLLEGUES DANS DIFFERENTS MEDIAS :

Joseph Mariani, CNRS/France : Deux jours après la Journée Internationale de la Langue Maternelle, nous avons perdu un grand défenseur de la diversité linguistique, un important promoteur des langues africaines et un ami.

Viola Krebs, ICV/Suisse : C’est avec émotion que j’ai appris le départ d’Adama Samassékou. Je l’ai connu dans le cadre de la première phase du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI) en 2003. Nous avons réalisé nombre de projets ensemble, l’initiation de Maaya, des conférences, des publications. Il était le président de la Fédération ICVolontaires…. Cher Adama, Tu nous as marqué avec ton courage, ton éloquence, ta persévérance, ta bienveillance, ton humanitude. Tu as inspiré de nombreuses personnes dans le monde entier. Tu nous manqueras. Que tu puisses reposer en paix et que ton âme soit lumineuse comme tu l’as été lorsque tu étais parmi nous. 

Dan Wagner, Penn University/US: Adama Samassekou was indeed a man of many talents, blessed with a deep appreciation of human culture and human diversity. We met often over the years, and he visited us at the University of Pennsylvania about two decades ago, where had a major impact — showing our students and faculty how to broaden views of the African continent and its heterogeneity. He was a major figure, and a model for many with his grace, charm and wit. He will be missed.

Prabhakar Rao, University of Hyderabad/India: Both Adama and Kuzmin have worked for multilingualism.I know him for past ten years.He is gentle,noble and committed to the cause I met him last year in Moscow.It is great loss. We lost two stalwarts who very aggressively promoted the cause of multilingualism and multiculturalism

Christian Tremblay, OEP/France : J’ai connu Adama dans le cadre du réseau Maaya que nous avons essayé de développer. Il restera pour moi une source d’inspiration.

Cláudio Menezes, Brasil : J’ai eu l’occasion de partager plusieurs activités avec Adama. Son énergie et dévouement aux causes humanitaires restera dans notre mémoire.

Virach Sornlertlamvanich, Musashino University/Japan: He was a person who inspired me in a lot of computational language research. Since the first time I communicated with him, I realized how important the mother tongue is for us. I will never forget his strong leadership and politeness in every discussion.

Yoshiki Mikami, Language Observatory/Japan: I had the privilege of encountering his remarkable personality and insights for the first time at the WSIS held in Tunis. Subsequently, whether in Bamako, Addis Ababa, on the ship along the Rena River in Russia, or at the UNESCO headquarter in Paris, I had the opportunity to appreciate his charm on multiple occasions. It was a great honor and a cherished memory for me when he visited Tokyo with his wife and interacted with my family.

Anuradha  Kanniganti, INALCO/France : C’est une grande perte pour notre communauté, il a toujours été là en retrait comme un grand humaniste, pédagogue et combattant pour la cause des langues, toujours éloquent et chaleureux dans la défense des grands enjeux et des valeurs. En 2014, lors de la réunion du Groupe de travail au siège de l’UNESCO, après quelques discussions sur les risques encourus même par les « grandes langues », il a défendu l’idée d’un Atlas des langues du monde et pas seulement des langues en danger (il est devenu plus tard l’Atlas mondial des langues).
Il avait un merveilleux sourire expansif et une joie de vivre qu’il répandait autour de lui.

Anastasia Parshakova, IFAP/Russia: Adama has always been the soul of our meetings, a fighter for a better future for his country, a symbol of superior intelligence, fortitude, and incredible generosity of spirit…
Une grande perte pour la promotion des langues africaines.

Max Somé, Université de Koudougou, Burkina-Faso : Le Grand fromager Adama SAMASEKOU est tombé et s’est mis à travers le marigot, oui il ne m’appelait pas SOMÉ mais COULIBALY, cela avait et a un sens profond, comme vous tous je pleure 😭 son départ. Et comme on dit chez moi KOO KPEEN LOO DJIR BAA. Le Grand Fromager est tombé et s’est mis à travers le marigot
Comme l’eau qu’il retient symboliquement, ce sont ses savoirs et ses enseignements qui restent, nous avons la mission d’approfondir et continuer.

Ro Morello MEC/Brésil : Le respect et l’élégance d’Adama lorsqu’il s’adressait à nous dans n’importe quelle situation resteront gravés à jamais !

Shindouk Mohamed Lamine, Chef de tribu/Mali : Au nom de toute ma Tribu, de ma famille et en mon nom propre, je présente toutes mes condoléances après la disparition de notre président Monsieur Samassekou, que j’appelle affectueusement l’homme de la Venise malienne. Aujourd’hui on perd un Grand homme humble, simple, sympathique, intelligent, sincère et véridique; un homme d’État, un politicien avisé, un administrateur chevronné, un homme de lettres, un compatriote et un ami. Repose en paix « Hammadi ».

Hommage de Mohamed Salikènè Coulibaly au nom du monde associatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *