A PROPOS DE

L’histoire d’OBDILCI

En 1995, lors du Sommet de la Francophonie à Cotonou (Bénin), le président français Chirac a présenté l’Internet comme un espace 100 % anglophone. À cette époque, le Dr Daniel Pimienta était un évangéliste de l’Internet à l’Association Réseau et Développement (FUNREDES) et il considérait que cette affirmation était fausse et ne reposait pas sur des données prouvées. En réaction, il a décidé de lancer un effort de recherche visant à mesurer la prévalence des langues dans l’Internet. Ce projet a mûri en 1998 avec l’aide de l’Union Latine, développant une série de résultats jusqu’en 2007. Il a traversé un chemin difficile après 2007 et jusqu’en 2017, lorsqu’il a pu se relancer grâce à une approche nouvelle et prometteuse permettant d’étendre le nombre de langues traitées.

Dr Daniel Pimienta

Dr Daniel Pimienta étudie les mathématiques appliquées et l’informatique à Nice (France). D’abord Architecte de Systèmes de Télécommunications chez IBM, il a ensuite lancé FUNREDES, une ONG de recherche-action pionnière en TICpD et dirigé le Réseau Mondial pour la Diversité Linguistique (MAAYA). Il est actuellement responsable de l’OBDILCI, qui produit des indicateurs sur la présence des langues dans l’Internet.

Renforcer la présence des langues en ligne

Aujourd’hui, les stratégies visant à renforcer les langues doivent se concentrer principalement sur le cyberespace en raison de son puissant impact mondial. Quelle que soit la politique que vous développez dans quelque domaine que ce soit, vous avez besoin d’indicateurs signifiants, fiables et pérennes pour définir votre stratégie et pouvoir évaluer fréquemment les résultats de vos actions, afin d’adapter les interventions en conséquence. Les indicateurs de ces politiques linguistiques dans le cyberespace se caractérisent depuis trop longtemps par des données biaisées, surestimant largement la réalité de la présence de l’anglais et sous-estimant la part du multilinguisme dans l’Internet, démotivant ainsi les efforts de production de contenu local. Cette désinformation doit cesser et nous sommes heureux de pouvoir y contribuer avec nos travaux et de renforcer toutes les actions en faveur du multilinguisme sur le Net.


Trois périodes dans l’histoire d’ODBILCI

L’Observatoire de la diversité linguistique et culturelle sur Internet est né en 1996 à FUNREDES et continue jusqu’à aujourd’hui. En association avec l’Union Latine, jusqu’en 2005, puis en association avec le Réseau Mondial pour la Diversité Linguistique, MAAYA, à partir de 2009. Deux personnes soutiennent le projet depuis sa création : Daniel Pimienta, Président de FUNREDES et membre du Conseil d’Administration de MAAYA depuis 2009 (secrétaire exécutif en 2015-2016) et Daniel Prado, ancien directeur du département des industries linguistiques de l’Union Latine (1997-2008) et membre du conseil d’administration de MAAYA depuis 2009 (secrétaire exécutif en 2013-2014). L’Observatoire a bénéficié, à différentes époques, directement ou indirectement via l’Union Latina ou MAAYA, du soutien de l’OIF, de l’UNESCO et de la DGLFLF. Depuis 2017, FUNREDES a cessé ses activités et Daniel Pimienta gère seul l’observatoire. En janvier 2021, l’observatoire, qui reste un projet mondial, a retrouvé une existence formelle en France, en tant qu’association loi 1901.

La construction du site de l’observatoire répond à trois périodes qui ont chacune une histoire et une infrastructure qui leur sont propres :

Période actuelle : 2009-présent

Cette période est marquée par l’abandon de la méthodologie initiale développée dans la première période, et par la recherche de nouvelles voies pour atteindre l’objectif, soit par un projet de recherche collaboratif très ambitieux qui sollicitait le soutien des programmes de recherche de l’Union européenne ( DILINET), ou par des études pratiques qui ont adopté de nouvelles approches tenant compte de l’évolution du web et qui ont été appliquées principalement au français ainsi qu’à l’espagnol et aux langues de France avant d’être généralisées en 2017 aux 140 langues de plus de 5 millions de locuteurs.

Deuxième période : 2006-2008

Cette période voit progressivement le déclin de la méthode développée au cours de la première période, suite aux changements qui marquent Internet et concernent la taille du web et le mode opératoire des moteurs de recherche. Au cours de cette période, un effort a été fait pour rassembler des sources d’informations sur le sujet.

Première période : 1997-2005

Cette période présente les résultats et les méthodes d’une série de mesures de la place des langues latines, de l’anglais et de l’allemand sur le web, fondées sur une méthodologie originale basée sur le comptage d’un échantillon de mots-clés issus des moteurs de recherche et qui est largement documentée. Le site Internet original de cette période est conservé et consultable en ligne dans sa structure originale, qui donne accès à 10 études réalisées en 1996, 1997, 1998, 2001 et 2005.

Les projets d’OBDILCI

  • Indicateurs de la présence des langues dans l’Internet
  • Les langues de France dans l’Internet
  • Le français dans l’Internet
  • Le portugais dans l’Internet
  • L’espagnol dans l’Internet
  • IA et multilinguisme
  • DILINET
  • etc…